Vélorution on n’a pas toujours 20 ans. Critical Mass.

Vélorution on n’a pas toujours 20 ans.

Rassemblement Pro-vélo Critical Mass, comme tous les derniers vendredis du mois en fin de journée et fin de semaine quand le trafic est le plus dense , histoire de se réapproprier la ville. Ce mouvement fête ses  20 ans et a rassemblé 1500 cyclistes qui ont circulé dans les grandes artères de la ville entre les automobilistes qui n’ont pas eu d’autres choix que de patienter.

 

 

Le mot d’humour de Pascale Balestra Hirsch sur les réseaux sociaux.

“Si j’avais pas eu mon meilleur ami, soit mon génial GPS à mes côtés, pour me remettre sur le droit chemin, jamais j’aurai retrouvé ma fête des voisins … qui était finie.Heureusement j’ai passé l’âge d’avoir un bébé affamé sur le siège arrière et donc rien de bien grave dans mon cas sauf une grosse envie de crier …”

Et Roger Deneys sur les réseaux sociaux

20ème anniversaire de Critical Mass à Genève. Une impressionnante marée cycliste, peut-être près de 1’000 personnes, essentiellement très jeunes et dans une ambiance, en tout cas jusqu’à mon départ du cortège à 20h30, très bon enfant.

La police, merci aux policiers, était aussi présente avec une intelligence et une discrétion que j’ai trouvées exceptionnelles par rapport à mes souvenirs assez lointains de précédentes critical mass. Je ne sais pas si cela a été le cas jusqu’à la fin, j’espère que oui, mais ce n’est évidemment pas une manifestation très simple à gérer.

Quant aux automobilistes pris dans les inévitables bouchons que cette marée cycliste doit accentuer, la grande majorité d’entre eux m’a semblé certes contrariée mais surtout assez fataliste et somme toute peu agressive, voire parfois plutôt bienveillante… les sourires et les encouragements d’automobilistes ont émaillé le parcours, malgré le surcroît de durée des trajets prévus pour le vendredi soir… on sent aussi que quelques rendez-vous seront ratés et des débuts de soirée compliqués…

Mais il y a aussi les inévitables motorisés surexcités, parfois des professionnels qui espéraient enfin pouvoir terminer leur semaine et qui sont en rage d’être comme piégés dans leur camionnette…

Les plus problématiques et dangereux étant, sans surprise, quelques motards et autres scootéristes qui refusent d’attendre et qui se faufilent parmi les vélos, vroum vroum rageurs à l’appui.

Ce qui est aussi frappant, c’est ce côté lieu de rendez-vous de toute la jeunesse genevoise, les gens sont contents de se revoir, de discuter de la suite de la soirée, heureux d’avoir la chaussée à eux.

Ça fait vraiment plaisir à voir et à vivre.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here